magie des bijoux

La magie des bijoux…

Les ornements corporels font partie intégrante de l’Histoire de l’humanité. Depuis toujours, l’humain aime effectivement se parer de joyaux pour compléter sa tenue. Les plus anciens bijoux dateraient d’ailleurs de 75 000 ans.

De petits coquillages percés ont, en effet, été découverts en Afrique du Sud, témoignant de cette tendance chez nos ancêtres.

Néanmoins, ces ornements ont évidemment évolué au fil des millénaires, se diversifiant par leurs matériaux, leurs formes et leurs fonctions. Autrefois emblèmes de richesse ou de pouvoir, les bijoux sont aujourd’hui de simples accessoires.

Ils peuvent évidemment avoir une valeur sentimentale ou symbolique, mais sont souvent utilisés dans le seul but d’agrémenter un style particulier.

C’est d’ailleurs leur extrême versatilité qui les rend encore aussi populaires. Aussi, nous allons plonger ensemble dans la magie de ces petits objets atypiques.

Mais pour commencer, il est de mise d’observer les différentes sortes de bijoux que nous connaissons.

Une fonction religieuse ?

Sans grande surprise, l’une des formes de bijoux les plus répandues à travers l’Histoire est religieuse. Cet accessoire occupe effectivement une grande place dans les rites et traditions de nombreuses cultures.

On le retrouve évidemment dans certaines religions monothéistes, comme le chapelet chrétien ou les pendentifs représentant la main de fatma pour les musulmans.

Mais les bijoux ont également un rôle dans d’autres croyances, moins influentes. Par exemple, les bouddhistes se servent de bracelets ou colliers mâla lors de leurs méditations.

Ils peuvent également les utiliser pour compter leurs mantras ou chasser les pensées négatives. De la même manière, l’étoile de David est souvent portée par les juifs, comme un signe de dévotion. Ainsi, les bijoux peuvent parfois revêtir une fonction religieuse ou spirituelle.

Le signe de la royauté

À travers l’Histoire, le bijou a évidemment été particulièrement prisé par les grands pontes de notre monde. Ces accessoires de joaillerie étaient effectivement un symbole de pouvoir et de richesse pour les monarques, souhaitant représenter leur souveraineté dans leurs parures.

C’est pourquoi les rois et reines du passé sont souvent dépeints de manière majestueuse, arborant de splendides bijoux sertis de pierres précieuses. Mais ces ornements comptent encore aux yeux des monarques, même si leur pouvoir est bien moins important qu’auparavant.

Par exemple, la famille royale britannique se transmet encore des bijoux, de génération en génération. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir la Reine Elizabeth II porter fièrement une broche en saphir, qui aurait été faite pour la Reine Victoria au XIXe siècle.

Au Danemark, il est également coutume que les princesses reçoivent un bracelet d’or pour leur cinquième anniversaire. Ainsi, ce type de tradition se retrouve auprès des familles royales du monde entier.

Des vertus magiques ?

L’une des fonctions un peu moins populaires des bijoux concerne évidemment leurs vertus spirituelles. Dans certaines traditions, ces objets occupent effectivement un rôle central.

Au-delà de représenter la richesse, le pouvoir et la religion, ils sont plutôt voués à protéger leur porteur. C’est notamment le cas des bijoux dotés de certaines pierres précieuses ou semi-précieuses. On les surnomme d’ailleurs gris-gris, talismans ou même amulettes.

Cette fonction particulière du bijou est toutefois plus répandue dans la culture orientale. Les historiens ont par exemple retrouvé des ornements protecteurs dans l’ancien Empire ottoman.

Mais on retrouve également ce type de bijoux dans la culture de l’ancienne Égypte, de la Grèce ou même de l’Empire de Chine.

Ceux-ci possédaient ainsi de véritables pouvoirs magiques. Ils pouvaient notamment, selon les croyances, éloigner le mauvais œil, protéger les guerriers ou encore favoriser la chance.

De nos jours, ces croyances sont encore transmises dans de nombreuses cultures. Elles se déclinent même sous la forme de certaines médecines alternatives. En effet, il est courant d’entendre parler de lithothérapie, une science qui consiste à guérir par les pierres.

Les cristaux émettraient ainsi des vibrations, pouvant influencer notre état de santé ou notre bien-être mental. Ils pourraient notamment agir sur la confiance en soi, le courage, la chance, les ondes négatives ou encore la communication.

Toutefois, cette tendance suit d’anciennes traditions, puisqu’elle ressemble en tout point à celles de nos ancêtres. C’est évidemment une autre preuve que les bijoux font, depuis toujours, partie de nos coutumes et de nos cultures.

À fleur de peau

Depuis près d’un siècle, une forme de bijou très particulière se répand dans nos sociétés : le piercing. Défiant certainement bien des règles établies par les ornements religieux, spirituels ou impériaux, il décore désormais de plus en plus de visages, de nombrils, d’oreilles et même de parties intimes.

En effet, le piercing se décline aujourd’hui sous de très nombreuses formes. Il est d’ailleurs possible d’en avoir plusieurs aux oreilles, dans le nez, sur le sourcil, dans et autour de la bouche , et ce, jusqu’à des parts de notre épiderme que vous ne soupçonneriez peut-être pas. Il lui arrive même de se glisser sous la peau, prenant ainsi une forme bien plus symbolique ou mystique.

Néanmoins, malgré les préjugés qu’il peut évoquer, il est encore extrêmement populaire auprès des populations jeunes. On peut même aisément deviner qu’il a encore très beaux jours devant lui.

De plus, il faut savoir qu’il n’est certainement pas né au XXe siècle, puisque certains monarques perses se faisaient également percer la peau pour affirmer leur puissance. Un symbole de rébellion, vous dites ?

Une question de style, finalement ?

Ces différentes fonctions que le bijou a pu occuper dans l’Histoire sont toutefois bien différentes de celle que nous lui attribuons aujourd’hui. En effet, il n’est plus nécessaire d’être religieux, influent ou superstitieux pour se parer de tels ornements.

Dans la plupart des commerces, les bijoux se déclinent aujourd’hui sous de multiples formes, couleurs, aspects, tendances et significations.

Les boucles d’oreilles, bracelets, bagues, colliers et autres chevillères sont ainsi de véritables accessoires de mode. Ils peuvent compléter un look classique, l’embellir, lui ajouter une touche originale, voire se fondre totalement dans une tenue.

Les bijoux arborent ainsi les poignets, cous et doigts de tout un chacun, se diversifiant presque à l’infini. D’ailleurs, ils font désormais partie intégrante de la mode, puisque même les plus grands couturiers les utilisent pour leurs défilés annuels.

Néanmoins, s’il est devenu un accessoire parfois insignifiant pour certains, le bijou occupe toujours une place importante dans notre société. Pour certains, il est effectivement sentimental, ou symbolique. C’est notamment le cas des bagues de fiançailles ou de mariage.

Pour d’autres, il est une affirmation de soi, une manière de se présenter au monde. Il peut alors prendre la forme d’un collier doté d’une inscription, d’un bracelet, voire d’un piercing. Dans ce cas, il peut tant démontrer l’originalité d’une personne que son esprit rebelle.

Mais, quelle que soit la forme qu’il prend, le bijou aura toujours une certaine signification pour son porteur. C’est sans doute l’un de ses plus grands paradoxes, puisqu’il compte aujourd’hui parmi les « accessoires » de mode, loin d’en être l’élément central.